Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

12-item Well-Being Questionnaire (W-BQ12)

Catégorie

Fonctions mentales

Objectif

Mesurer le bien-être général.

Spécificité à la déficience visuelle (DV)

Spécifique à la DV
Adapté à la DV
Ni spécifique ni adapté, mais utilisé en DV (sélectionné)

Population visée

Enfants et adolescents
Adultes (sélectionné)
Aînés (sélectionné)

Type d’outil

Questionnaire (sélectionné)
Échelle de mesure, test

Référence

Plowright R, Witthaus E, Bradley C. Evaluating the 12-Item Well-Being Questionnaire for Use in Multinational Trials [Abstract presented at the 6th Annual Conference of the International Society for Quality of Life Research, Nov., 1999]. Quality of Life Research. 1999;8(7):650.

Langues

Français (version originale)
Français (sélectionné)
Anglais (version originale)
Anglais (sélectionné)

Précision sur la langue

La version originale de l’outil a été développée en japonais.

Versions ou adaptations pertinentes

Description

Le W-BQ12 est constitué de douze énoncés simples organisés en trois sous-échelles de quatre énoncés chacune: 1) Bien-être négatif (tous les énoncés formulés de façon négative), 2) Énergie (deux énoncés formulés de façon positive et deux de façon négative) et 3) Bien-être positif (tous les énoncés formulés de façon positive). L’échelle de réponses comporte quatre options : 0 (pas du tout), 1, 2 et 3 (tout le temps). Les options de réponse 1 et 2 n’ont pas d’étiquette.  Les scores aux sous-échelles varient de 0 à 12.

Le score de la sous-échelle Énergie est calculé après avoir inversé les scores obtenus aux deux énoncés formulés négativement.

Lorsque traité seul, le score de la sous-échelle Bien-être négatif n’est pas inversé. Un score plus élevé à cette sous-échelle indique la présence plus importante de « mal-être ».

Pour le calcul du score total, il faut inverser les scores aux six énoncés formulés de manière négative (quatre énoncés de la sous-échelle Bien-être négatif et deux énoncés de la sous-échelle Énergie). Le score total est la somme des scores obtenus aux 12 énoncés. Il varie de 0 à 36, les scores plus élevés indiquant un plus grand bien-être.

Bien que l’auto-administration du questionnaire ait été rapportée dans une des études consultées [2], le ou les modes d’administration du W-BQ12 ne sont pas précisés.

Qualités métrologiques

A. Validité

Validité de contenu

Le W-BQ12 a été mis au point par les membres du groupe de recherche sur le diabète de l’Université de Londres (UK), en collaboration avec un hôpital japonais. Il est constitué d’énoncés tirés d’un instrument parent plus long, le W-BQ22, conçu en 1982 pour une utilisation dans le cadre d’une étude de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans le but d’évaluer de nouveaux traitements pour la gestion du diabète. Validé linguistiquement dans de nombreuses langues, le W-BQ22 a été recommandé par l’OMS et la Fédération Internationale du Diabète [4]. Il a été utilisé dans un certain nombre d’études afin d’évaluer les effets de nouveaux traitements et interventions concernant le diabète [5].

Le W-BQ12 corrige le déséquilibre observé dans le W-BQ22 relativement au nombre et à la répartition entre les sous-échelles des énoncés formulés positivement et négativement [5, 6].

Des taux de réponse très élevés indiquent une bonne acceptabilité par les répondants [5].

Sensibilité au changement

Sur la base d’une étude randomisée, contrôlée par placebo, portant sur l’arrêt d’un traitement à l’hormone de croissance de 12 participants sur 21 pendant trois mois, et utilisant la version en anglais [5] :

  • différence significative entre les groupes seulement pour la sous-échelle Énergie : t(18) = 3,25, p = 0,004, bilatéral. À la fin de l’expérimentation, les participants ayant cessé le traitement présentaient une énergie moindre que les autres.

Les auteurs précisent qu’il s’agit d’une indication très préliminaire de la sensibilité au changement du W-BQ12.

Validité convergente

Sur la base des réponses (n = 464) à la version en japonais dans le cadre d’une étude auprès de participants vivant avec le diabète [4], corrélations négatives et positives en accord avec le caractère positif ou négatif des sous-échelles.

Sur la base des réponses (n entre 142 et 157) à une version en anglais du W-BQ12 et au SF-36 dans le cadre d’une étude auprès de participants adultes vivant avec un déficit d’hormone de croissance [5], corrélations rho de Spearman significatives (p < 0,001, bilatéral) :

  • 0,80 entre le score total du W-BQ12 et la composante mentale du SF-36
  • 0,80 entre la sous-échelle Énergie du W-BQ12 et la sous-échelle Vitalité du SF-36
  • 0,73 et -0,74, respectivement, entre les sous-échelles Bien-être positif et Bien-être négatif du W-BQ12 et la composante mentale du SF-36.

Validité divergente

Sur la base des réponses (n = 464) à la version en japonais et au Diabetes Treatment Satisfaction Questionnaire (DTSQ) [4], corrélations rho de Spearman significatives :

  • variant de -0,29 à 0,38 (p < 0,01) entre le score global du W-BQ12 et les sous-échelles Satisfaction relative au traitement, Hyperglycémie perçue et Hypoglycémie perçue du DTSQ
  • variant de -0,25 à 0,35 (p < 0,01 sauf une à p < 0,05) entre les trois sous-échelles du W-BQ12 et les trois sous-échelles du DTSQ

Sur la base des réponses (n entre 142 et 157) à une version en anglais du W-BQ12 et au SF-36 [5] :

  • corrélations rho de Spearman de -0,31 et 0,49, respectivement, entre les sous-échelles Bien-être positif et Bien-être négatif du W-BQ12 et la composante physique du SF-36

Validité discriminative (known-groups validity)

Sur la base des réponses (n = 1 420) à une version en anglais du W-BQ12 de membres de la Macular Disease Society (UK), différences significatives observées :

  • bien-être général (W-BQ12 global) moindre chez les participants déclarés en cécité ou malvoyants que chez ceux qui ne l’étaient pas : t = 5,11, dl = 1 311, p < 0,001) [3]
  • bien-être général moindre chez les personnes expérimentant des hallucinations que chez celles qui n’en expérimentaient pas (t = 3,78, dl =1 083, p < 0,001) [3]
  • bien-être général moindre chez les personnes insatisfaites de leurs expériences avec les professionnels de santé au moment du diagnostic que chez celles qui étaient satisfaites (t=4,69, dl = 1 277, p < 0,001) [3]
  • bien-être plus élevé chez les hommes que chez les femmes au W-BQ12 global, à la sous-échelle Bien-être positif et à la sous-échelle Énergie (p < 0,001) [6]
  • bien-être négatif plus bas chez les hommes que chez les femmes p < 0,001) [6]

Sur la base des réponses (n = 464) à la version en japonais [4], bien-être négatif significativement plus élevé chez les femmes que chez les hommes.

Sur la base des réponses (n entre 88 et 157) à une version en anglais du W-BQ12 [5] :

  • bien-être général (W-BQ12 global) significativement plus élevé chez les hommes que chez les femmes (t(154) = 3,05; p = 0,003)
  • bien-être négatif significativement plus élevé chez les femmes que chez les hommes (U = 1 853,5; p < 0,001; n = 157)
  • absence de différence significative dans le bien-être général entre les participants selon 1) qu’ils sont traités à l’hormone de croissance ou non et 2) que le déficit est apparu durant l’enfance ou à l’âge adulte
  • corrélation négative significative entre la durée du traitement et la sous-échelle Bien-être négatif (rho = -0,37, p < 0,001; n = 88)
  • corrélations positives significatives entre la durée du traitement et le W-BQ12 total (r = 0,35, p = 0,001), le bien-être positif (r = 0,33, p = 0,002) et l’énergie (r = 0,23, p = 0,029) (n = 88)

Validité factorielle

Analyse factorielle sur la base des réponses (n = 2 282) au W-BQ12 dans le cadre d’un essai clinique multinational en anglais, français, allemand, néerlandais, danois, norvégien, suédois et finnois auprès de participants vivant avec le diabète [1] :

  • structure claire à trois facteurs (bien-être positif, bien-être négatif et énergie) dans toutes les langues sauf le finnois

Analyses factorielles confirmatoires sur la base de réponses (n = 705) à la version en néerlandais dans le cadre d’une étude auprès de participants vivant avec le diabète (types 1 et 2) [2] :

  • appui au modèle à trois facteurs comprenant les 12 énoncés du W-BQ12 (bien-être positif, énergie et bien-être négatif)
  • stabilité de la solution factorielle quel que soit le sexe, le type de diabète et le niveau d’éducation considéré

Analyse en composantes principales de la version en japonais (n = 464) [4] :

  • analyse confirmatoire avec solution à un facteur et rotation Oblimin : saturation des 12 énoncés entre 0,539 et 0,7 sur le même facteur
  • saturations très similaires pour la solution à trois facteurs avec rotation Varimax

Analyse en composantes principales confirmatoire avec rotation Varimax à partir des réponses à une version en anglais (n entre 142 et 157) [5]:

  • solution à un facteur : saturation des 12 énoncés égale ou supérieure à 0,6; 56,3 % de la variance expliquée; confirmation de la validité du calcul du score global du W-BQ12
  • solution à un facteur pour chacune des trois sous-échelles : saturation de tous les énoncés supérieure à 0,8 sur leurs sous-échelles respectives; confirmation de l’acceptabilité du calcul des scores des sous-échelles

Analyses factorielles d’une version en anglais (n = 1 420) [6] :

  • analyse exploratoire avec rotation Varimax : saturation des énoncés variant de -0,538 à 0,817 sur trois facteurs correspondant aux sous-échelles Bien-être positif, Bien-être négatif et Énergie
  • analyse confirmatoire avec solution à un facteur : saturation des 12 énoncés variant de -0,576 à 0,728

Cohérence interne

Coefficients α pour l’ensemble de l’échelle pour les versions en anglais, français, allemand, néerlandais, danois, norvégien, suédois et finnois (n = 2 282) : 0,81 à 0,86 [1]

Coefficients α pour la version en japonais (n = 464) [4] :

  • Pour l’ensemble de l’échelle : α = 0,85
  • Pour chacune des sous-échelles : Bien-être négatif, α = 0,78; Énergie, α = 0,69; Bien-être positif, α = 0,80
  • La cohérence interne des sous-échelles demeurait pratiquement inchangée quel que soit le sexe ou le sous-groupe de traitement considéré

Coefficients α pour une version en anglais [5] :

  • Pour l’ensemble de l’échelle (n = 148) : α = 0,93; corrélations item-total corrigées supérieures à 0,5
  • Pour chacune des sous-échelles (n variant de 152 à 154) : α entre 0,86 et 0,88; corrélations item-total corrigées supérieures à 0,65
  • Aucune suppression d’énoncé n’augmentait le coefficient α du W-BQ12 global ou ceux de ses sous-échelles

Coefficients α pour une version en anglais [6] :

  • Pour l’ensemble de l’échelle (n = 1 231) : α = 0,87; aucune suppression d’énoncé n’augmentait le coefficient α du W-BQ12 global
  • Pour les sous-échelles (n entre 1 282 et 1 305) : α = 0,78 à 0,83

B. Fidélité

Aucune qualité métrologique rapportée dans les études consultées.

Informations complémentaires

Le Well-Being Questionnaire a été développé en tant que mesure générique de plusieurs aspects du bien-être psychologique. Il est considéré comme un instrument approprié pour la population générale [2]. Il est également indiqué auprès des personnes atteintes de maladies chroniques, dont le diabète, et jugé utile pour mesurer les résultats des interventions de réadaptation ou médicales ainsi que pour étudier les facteurs influençant l’adaptation à la maculopathie [3].

Bien qu’il existe une traduction de l’outil en français du Canada qui soit validée, nous n’avons pas trouvé de publication portant sur les qualités métrologiques de cette version traduite.

Disponibilité

Les directives complètes, y compris les instructions pour la cotation, sont disponibles sur demande pour les détenteurs de licence d’utilisation du W-BQ12 ($). https://www.healthpsychologyresearch.com/requesting-questionnaire

Pour accéder à l’une ou l’autre des traductions du W-BQ12 et aux directives d’utilisation, la titulaire du droit d’auteur, Clare Bradley, peut être contactée à l’adresse c.bradley@rhul.ac.uk.

Mots-clés

Bien-être

Well-being

Références utilisées

  1. Plowright R, Witthaus E, Bradley C. Evaluating the 12-Item Well-Being Questionnaire for Use in Multinational Trials [Abstract presented at the 6th Annual Conference of the International Society for Quality of Life Research, Nov., 1999]. Quality of Life Research. 1999;8(7):650.
  2. Pouwer F, Snoek FJ, Van Der Ploeg HM, Ader HJ, Heine RJ. The Well-being Questionnaire: Evidence for a three-factor structure with 12 items (W-BQ12). Psychological Medicine. 2000;30(2):455-62.
  3. Mitchell J, Clare B. Psychometric Evaluation of the 12-Item Well-Being Questionnaire (W-BQ12) for Use with People with Macular Disease (MD) [Abstract presented at the 7th Annual Conference of the International Society for Quality of Life Research (ISOQOL)]. Quality of Life Research. 2000;9(3):284.
  4. Riazi A, Bradley C, Barendse S, Ishii H. Development of the Well-Being Questionnaire short-form in Japanese: the W-BQ12. Health and quality of life outcomes. 2006;4:40.
  5. McMillan CV, Bradley C, Gibney J, Russell-Jones DL, Sönksen PH. Psychometric properties of two measures of psychological well-being in adult growth hormone deficiency. Health and Quality of Life Outcomes. 2006;4(1):1-10.
  6. Mitchell J, Bradley C. Psychometric evaluation of the 12-item Well-being Questionnaire for use with people with macular disease. Quality of Life Research. 2001;10(5):465-73.

Mentions

Auteure : Sylvie Cantin, M.A.

Éditeurs : Mathieu Carignan, M. Sc., Catherine Houtekier, M.B.S.I.

Recherche documentaire : octobre 2021

Référence bibliographique suggérée

Cantin S. 12-item Well-Being Questionnaire (W-BQ12). Dans : Cantin S, Carignan, M, Houtekier C, rédacteurs. Répertoire ORVIS : fonctions mentales. Longueuil : Centre de recherche CRIR – site INLB, CISSS de la Montérégie-Centre; 2021. p. 1-9.

Écrivez-nous

Parce que nous sommes soucieux à la fois de la qualité et de l’utilité du répertoire, nous vous invitons à nous aviser, à l’adresse info.orvis.inlb@ssss.gouv.qc.ca, de l’usage que vous aurez fait de cette fiche, ou encore de la publication d’une nouvelle étude sur les propriétés métriques de l’outil.

Veuillez noter qu’en aucun cas nous ne pouvons fournir l’outil décrit ni les articles correspondant aux références citées.

Merci!

Disponibilité de la fiche et droits d’auteur

www.orvis.vision

Creative Commons - Projet Orvis